talloires-2015

 

 

               Un petit mot sur la fête du Livre de Talloires qui s'est déroulée les 30 et 31 mai dernier dans ce décor magnifique qu'est la baie de Talloires. 

Une très belle édition avec une éclatante brochette d'écrivains. Il y a d'abord les habitués : Marc Levy, Tatiana de Rosnay et Yann Quéffelec, le parrain cette année... Et puis les autres.

L'an passé nous avions eu droit à Michel Drucker et à Amélie Nothomb (avec son chapeau). Souvenez-vous de l'épisode de sa perte de mémoire lors de sa nuit d'ivresse avec Yann Quéffelec sur le lac d'Annecy. Une enquête très sérieuse avait été déligentée pour comprendre comment elle s'était retrouvée à moitié nue dans son lit le lendemain matin.

 

 

Jean Teulé

 

 

Cette année de petits "nouveaux" sont venus les rejoindre. Jean Teulé : "Vous prendrez bien une petite paire de couilles Madame ?" Non ce n'était pas à moi qu'il s'adressait mais à une petite dame plus âgée venue lui demander une dédicace sur son dernier livre "Héloïse, ouïlle !".

Moi je lui ai juste fait signer  les 2 livres que j'avais lu de lui. J'ai trouvé Jean Teulé vraiment très sympatique.

 

 

 

Tatiana de Rosnay

 

 Je suis ensuite allée faire dédicacer 2 romans à Tatiana de Rosnay. Alors elle, elle ne change pas : toujours très pétillante, souriante et d'humeur joviale ! On voit qu'elle est heureuse de revenir à Talloires chaque année.

Elle venait de s'absenter pour aller satisfaire un besoin primaire et à son retour elle m'a fait l'honneur de me montrer le selfie qu'elle venait tout juste de faire avec Marc Levy et quelques lectrices (je suis super jalouse là !). J'ai été une des premières à qui elle l'a montré, merci !

 

Arnaud Le Guilcher

Je me suis également aventurée sous le chapiteau où Décitre avait entreposé les livres de tous les écrivains présents cette année. Là, j'ai été attirée par le style un peu déjanté des romans d'un auteur que je ne connaissais absolument pas : Arnaud le Guilcher. Allez j'en achète un pour tester. Sitôt passée à la caisse, je me mets en quête de renconter ce Monsieur.  Eh bien justement il était assis à côté de Tatiana de Rosnay ! Ca ne se bouscule pas au portillon pour ses demandes de dédicaces, j'en profite pour lui taper la causette et en savoir un peu plus sur lui : 4 romans publiés à ce jour, le premier en 2009. Mais comment ça se fait que je n'avais jamais entendu parler de lui ? Il faut que je mette à jour en lisant "Pile entre deux"

  

* * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

Conférence

                            Patrick Pelloux et Jean-Michel Ribes étaient quant à eux présents pour la conférence sur la "Liberté d'expression dans une république laïque". Pour y assister il fallait passer le barrage avec une fouille au corps et des sacs en bonne et due forme, une première pour moi ! "Vous n'avez jamais assisté à un match de foot ?" me lance l'agent de sécurité. "Euh, non." que je lui réponds bêtement. Depuis les attentats de janvier, on comprendra aisément que la sécurité soit renforcée. Arrivée sous le chapiteau, je me rends compte qu'il n'y a plus une seule place de libre. J'arrive quand même à trouver une chaise que je ramène au fond pour ma fille et moi. Mon mari, lui, jouait les photographes, debout. 1 h 30 de discours sur l'importance de la laïcité en France. C'était très intéressant, je n'ai pas vu le temps passer ! Malgré la gravité du sujet, Patrick Pelloux et Jean-Michel Ribes ont réussi à faire rire l'assistance.

La première question posée était "Que reste t-il de l'esprit du 11 janvier ?"

Patrick Pelloux : "Il reste nous, la République, la Laïcité...(...) Je suis pour la violence". Rire du public. "Ah pardon je voulais dire : je suis pour la non-violence... Mais je suis pour le Bordeaux !" A en voir ses joues bien rouges je veux bien le croire !

Patrick Pelloux a eu un mot gentil pour tous ses camarades disparus en janvier. Un petit mot aussi sur Lutz qui a décidé de quitter le journal, non pas parce qu'il s'est brouillé avec la rédaction mais tout simplement parce qu'il a décidé de faire autre chose.

J'apprends également qu'en 1870, 200 journaux de caricatures existaient contre seulement 3 aujourd'hui ! C'est fou ! Acceptaient-ils mieux l'humour à l'époque ?

Je retiendrai de plus cette très jolie phrase de Jean-Michel Ribes : "Le plus beau visage c'est quand vous vous regardez dans un miroir et que vous souriez !" A méditer....

Et pour finir avec cette conférence quelques conseils de lecture donnés par nos deux acolytes :

" le botin : comme ça on voit qu'on n'est pas tout seuls !

- Voltaire, Caroline Fourest, Dominique Sopo...

... Et pour vous donner du courage, relisez l'Histoire de France, c'est très bien." 

Patrick Pelloux

 ...lors d'une interview avec TV8 Mont Blanc

 

Patrick Pelloux 2

 ... en train de dédicacer mon livre

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

Marc Levy2

                           J'ai aussi assisté à la conférence de Marc Levy en fin d'après-midi. C'était pour nous parler de son dernier roman "Elle et Lui" (que je n'ai toujours pas lu, honte à moi).

Cette fois, pas d'agent de sécurité qui vous palpe le corps, ouf ! Je suis arrivée en avance, j'ai donc pu m'assoir au deuxième rang. Il y avait du monde mais ce n'était pas plein comme avec Patrick Pelloux et Jean-Michel Ribes. Marc Levy est à l'heure, même un peu en avance. La journaliste commence à engager le débat sur les personnages de son roman.

On apprend ainsi que le héros Paul n'est pas un inconnu pour les lecteurs des premières heures. Il s'agit en fait d'un personnage secondaire du premier roman de Marc Levy "Et si c'était vrai" : Paul était le meilleur ami du héros Arthur. Marc Levy aime faire revivre ses personnages de fiction. Il dit avoir un rapport presque shizophrène avec eux, ils deviennent quasi réels. Autre exemple : Andrew Stilman, apparu dans "Et si c'était à refaire" était revenu un an après dans "Un sentiment plus fort que la peur". Marc Levy a du mal parfois à quitter ses personnages comme ce fut le cas avec "L'étrange voyage de Monsieur Daldry" car il savait qu'il ne pourrait pas faire revivre le personnage par la suite à cause de l'époque dans laquelle il évoluait. Ce qui est complètement différent pour "Elle et Lui", la fin est ouverte, les héros reviendront sûrement pour de nouvelles aventures. Ca va, vous suivez toujours ?

Pourquoi a t-il écrit une comédie  cette fois-ci ? Tout simplement pour faire plaisir à son père. Ce dernier trouvait l'époque triste et lui disait que le métier d'écrivain était aussi de faire plaisir au lecteur, de lui faire changer d'époque.

Pour l'intrigue de son dernier livre Marc Levy décide de s'inscrire sur un site de rencontre (il n'a pas dit sous quel pseudonyme tiens) pour comprendre tout le processus depuis le questionnaire d'entrée jusqu'à LA rencontre. Il s'est arrêté lorsque "Gaspacho 2000" (le nom d'enfer !) l'a invité à manger ! Bon ensuite il a été submergé de publicité sur les sites de rencontre mais ça c'était prévisible.

Beaucoup de lecteurs demandent à Marc levy des conseils d'écriture. Il n'existe pas de cours pour apprendre à écrire des livres, on apprend en écrivant et surtout en lisant énormément. Quand il aime un auteur, il va lire toute son oeuvre. Il nous raconte aussi comment il a cherché longtemps à établir une distance entre un personnage et un lecteur. C'est justement par rapport à la longueur d'une phrase, à l'ordre des mots qu'il y parvient.

L'écrivain se cache souvent derrière un des personnages de ses livres. Par exemple dans "le Voleur d'ombre" il était l'homme d'entretien.

Il nous confie également regretter d'avoir écrit certains de ses livres trop tôt. C'est le cas de "7 jours pour une éternité". Il adorerait le réécrire aujourd'hui parce que le rapport à la religion a totalement changé depuis. Il s'amuserait davantage et irait beaucoup plus loin.

Mais voilà que nous sommes interrompus... par le rire d'un homme ! Mais où est-il ? Ah mais ce n'est que le téléphone de Marc Levy qui sonne. Il a enregistré le rire de son meilleur ami comme sonnerie pour son portable ! Quelle drôle d'idée !

Où en était-il déjà ? Ah oui "le Voleur d'ombre"... Ce roman a failli ne jamais être publié. Marc Levy y a écrit des choses très personnelles. D'ailleurs, si vous l'avez lu vous avez peut-être remarqué qu'il n'avait pas donné de nom au personnage principal. Pour ma part, je ne m'étais rendu compte de rien...

M

 

 * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

                     

Talloires

                        Voilà, il est temps pour nous de rentrer... Ce fut une très belle édition avec des auteurs qu'on sentait heureux d'être là et des lecteurs tout aussi enthousiastes. L'ambiance était chaleureuse et très décontractée comme chaque année. Talloires sait accueillir tout ce beau petit monde. Aussi je ne suis pas étonnée que certains soient fidèles au rendez-vous depuis le début.

                       Et malgré le fait que nous soyons restés bloqués une bonne heure dans les bouchons entre Talloires et Annecy, je garderai de très bons souvenirs de mes dédicaces...

 

Dédicace J         Dédicace J        Dédicace A